Art et cultureMode

Le Kanvô : typiquement 229

C’est un germe de la culture vestimentaire nationale qui vient d’être fièrement mis en terre. Pour promouvoir l’identité culturelle de notre pays le Bénin, quoi de plus normal que de s’attacher aux habitudes vestimentaires. Après plusieurs années de recherches,  une découverte pas des moindres vient comme pour récompenser les passionnées de la mode aux couleurs nationales.

De tous temps en Afrique, les pagnes traditionnels ont toujours été beaucoup plus portés et existent sous plusieurs formes. On y retrouve les pagnes tissés différents du wax, le Kente du Ghana, du Bogolan du Mali ou encore du Asho Oke du Nigeria. Alors quoi de plus passionnant que de vous évader pour une découverte du Kanvô made in Benin.

Son origine

Le Kanvô tire son origine de deux ethnies : Baatonou et Fon respectivement du nord et du sud du Bénin. Ce type de pagne traditionnel a connu son apogée dans les périodes du 16 ème et du 19 ème siècle notamment dans le royaume du Dahomey. Devenue le vêtement  par excellence qu’arboraient  rois et hauts dignitaires, le « Kanvô  »  doit son appellation à la langue fon. Peaufiné par des tisserands aux mains expertes, les rois s’en revêtaient comme pour afficher une certaine noblesse car cette parure leur confère un style particulier. Couleurs, motifs d’emblèmes royaux, épaisseurs voilà autant d’éléments qui rendaient la tenue unique d’un porteur à un autre. En un drapé, on pouvait jouir de la beauté de ce tissu délicatement et soigneusement tissé. Ce n’est que plus tard que le Kanvô, textile d’inspiration nigériane, deviendra accessible au grand public. Ce pagne proche du « atcho oke » se différencie par son habillement.

Pourquoi l’adopter ?

La raison première est sans doute parce qu’elle est 100% made in Benin. En le portant, nous valorisons non seulement la culture béninoise, mais aussi contribuons par ricochet au rayonnement de ce pagne traditionnel et ancestral. Une autre raison se trouve sans doute dans le fait qu’elle est entièrement composée de coton. Ce dernier est une matière apprécie pour ces nombreux atouts. Fait de fibre naturelle, il laisse la peau respirer et absorbe rapidement la transpiration. De plus il semble être un  meilleur choix pour les peaux sensibles, réduit presqu’à néant les risques d’allergies et est de ce fait accessible à tous sans exception. S’il est d’aussi bonne qualité, il est tout aussi accessible côté prix. N’oublions pas également qu’il est tout bonnement modelable et qu’on peut se prélacer d’un bon bom’ba ou d’une tenue trois pièces à volonté. Pourquoi ne pas donc s’offrir une tenue « Kanvô » au nom de la culture et en jouir des bienfaits ? C’est sans doute pour toutes ces raisons que de plus en plus de créateurs et de stylistes béninois s’intéressent à cette matière dont l’originalité amène à même concevoir du prêt à porter traditionnel, de qualité. Tisser c’est tout un art, une fierté se dégage lorsqu’on le porte.

L’utilisation du Kanvô de nos jours

C’est en 2017 qu’a été officiellement lancé le label du pagne tissé béninois « Kanvô ». Aujourd’hui, elle subit une revalorisation et s’ouvre au grand public. Ceux qui la tissent font preuve d’innovation pour la moderniser.  Cette modernisation implique l’élargissement du tissage aux objets tels que les torchons de table, les sacs et autres accessoires. Elle peut de ce fait servir à la confection d’objets de décoration surtout intérieur. Ce « handmade », porte aujourd’hui sa touche de modernité et est beaucoup plus présente lors de rencontre d’évènements mode. Au Bénin, de nombreux stylistes tels que : Edi Sessi, Gerba Edi’s, Félicien Castermann, Lolo Andoche l’exploitent à volonté pour leur création.

Share:

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :