Art et culture

Le Gele: Du passé au présent

Prononcez  gey ley, le mot « GELE » tire son origine de la culture Yoruba d’Afrique de l’Ouest (Nigéria, Bénin, Togo, Ghana), pour désigner le FOULARD. Le Gele est fabriqué dans plusieurs matières et des significations particulières étaient attachées à la façon dont il  était noué.

Les styles et les plis, ainsi que le tissu utilisé permet d’identifier le statut social d’une personne, sa région d’origine à l’occasion d’une cérémonie à laquelle il a été porté. Aujourd’hui, ces choses sont généralement le reflet des goûts uniques et variées. En effet, si aujourd’hui pour certains, tous les Gele sont identiques, historiquement il y existe plusieurs types de Gele dont l’attaché indiquait la situation sociale de celle qui le portait. Si le bout de ce foulard pointait du côté droit, cela signifiait que la femme qui le portait était mariée et si la pointe du foulard du côté gauche, la femme était un cœur à prendre et pouvait être courtisée. Un véritable outil pour les hommes car il suffisait de regarder attentivement l’orientation de la pointe du foulard pour connaître la situation amoureuse de la femme convoitée.  Les femmes Yoruba peuvent toujours être vues à la maison, au marché, à l’église, pour des occasions festives  portant le Gele comme un accessoire permettant de sublimer la beauté africaine.

Le Gele représente un élément important de l’identité des femmes tant dans la société Yoruba qu’auprès d’un bon nombre de femmes africaines. En effet, porter le vêtement traditionnel yoruba (bom’ba) sans porter le Gele peut être vu comme un faux pas vestimentaire. Ainsi, son succès est si grand qu’il a conquis le cœur de toutes les femmes Africaines.

Les femmes africaines ont toujours porté le Gele comme un accessoire qui complète les vêtements traditionnels depuis l’époque précoloniale à ce jour. Actuellement, le Gele continue à émerger dans les conceptions, les styles et les usages, il n’est plus juste pour être porte avec le Bom’ba ou le Iro. Aujourd’hui, vous pouvez voir le Gele être enfilé sur tous types de vêtements, tels que, tailleur-jupe, costumes, et robes de cocktail. Les possibilités sont infinies tant les utilisations du Gele est encore émergente.

Les différents types de Gele

Le type de Gele porté par les femmes d’aujourd’hui, sont avec des plis et une forme large, originaire de chez les Yoruba, au Nigeria. Les Yoruba ont été parmi les premiers à porter turbans comme parures, fabriqués à partir des tissus uniques de la région. Les Yoruba ont aussi inventé ce textile tissé appelé Aso-Oke, qui est encore utilisé aujourd’hui pour faire le Gele. Nous distinguons :

Le Gele Ordinaire : Le Gele est fait à partir de différents modèles. Les plus fréquents sont ceux qui sont fait sur le même tissu que celui de la tenue porté. Il peut aussi être un foulard ou un châle en polyester qui peut parfois être porté comme une serre-tête.

Le Gele Couture : Ceux-ci sont faites pour les adeptes de la mode, les “Fashionistas” de la culture nigériane et d’autres pays africains. Dans cette catégorie il y’a ceux qu’on appelle: Grand Suisse, Super Jubilé, et Hayes Gele. Il y’a même le Gele net de la tête (une matière qui permet de voir à travers le tissu). Voici donc les Gele qui s’importent le plus, grâce aux femmes africaines qui ont su garder la culture à l’esprit. Ils sont généralement fabriqués en Suisse et viennent dans deux couleurs solides, avec des dessins ou des broderies.

Le Gele sur mesure : ceux-ci sont faits pour les occasions spéciales, telles que, les mariages traditionnels, anniversaires, et d’autres célébrations importantes. Les Gele sur mesure sont généralement faites avec des Aso-Oke, un tissu travaillé a la main ou à la machine sur demande.

Deux façons de nouer le Gele

Attaché, le Gele est un art en lui-même. Cela demande beaucoup de patience et de précision. Ainsi, pour bon nombre de femmes, le temps passé pour attacher le Gele, peut être source de frustrations. Ainsi, de nombreuses femmes africaines ont abandonné le port de ce dernier.

Plus il était porté élevé, large, complexe, le design du Gele était un signe de richesse et de statut de la communauté, et porté par les femmes qui ont fait peu de travaux manuels.

Pour une femme moderne, qui tient à rendre hommage à son héritage africain tout en restant belle, se vêtir d’un Gele peut être la solution parfaite. Aujourd’hui, les femmes de partout dans le monde peuvent porter ce foulard et se sentir comme une reine du Nigeria lors de n’importe quelle occasion.

Méthode1

  • N’oubliez pas de bien attacher vos cheveux avant de commencer, bien à l’arrière si possible. N’attachez surtout pas le Gele avec une frange ou avec les cheveux à l’avant;
  • DiviseZ le Gele en deux moitiés égales;
  • Repliez le bord du Gele;
  • Placez le sur le front et au-dessus des deux oreilles vers l’avant. Mettez-le Gele sur la tête en vous assurant qu’il est ferme et plat en face. Serrez bien derrière de sorte qu’il ne tombe pas;
  • Croisez le Gele à l’arrière et de prendre l’attaque supplémentaire;
  • Arrêtez-vous au milieu de votre front;
  • Prendre à partir du milieu de la largeur;
  • Faire la même chose de l’autre côté;
  • Attachez à présent. Vous attrapez un bout, puis l’autre et vous effectuez un noeud. (Deux fois au besoin);
  • Selon le style, ajuster à votre goût;
  • Utilisez des pinces ou broches si nécessaire.

Méthode2

  • Faire un pli d’environ 2cm sur le Gele dans le sens de la longueur;
  • Placer le pli réalisé à l’avant de la tête, juste à la limite du front et ramener le reste du Gele vers la nuque. Deux lanières sont ainsi créées;
  •  Nouer les lanières au niveau de la nuque. Veiller à laisser une lanière plus longue et une plus courte;
  •  Passer la lanière la plus courte à l’intérieur du foulard;
  • Remonter la lanière la plus longue à l’avant de la tête. Faire un tour complet et la nouer au niveau de la nuque;
  • Fixer toujours derrière la tête les bouts de lanières qui dépassent et ajuster le dessus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Modèle: Alida AGBOTON VIEYRA

Photo crédit: Darios TOSSOU

 

Share:

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :